18 avril 2008

CDF demi - finale: retrouvailles avec la tarlouze de Fiorèse

Fiorèse n'a pas changé, toujours le même suceur infidèle...

Il y en a un, côté Amiens, qui a particulièrement apprécié le tirage au sort des demi-finales de la Coupe de France. Six mois après son arrivée en Picardie, il affrontera son ancien club, le Paris-SG, le 6 ou 7 mai prochain pour une place au Stade de France.

«C'est le club où je garde mes meilleurs souvenirs sportifs. C'est donc une joie de pouvoir le retrouver, nous a expliqué celui qui a porté le maillot parisien de 2001 à 2004.

Pour les Parisiens, comme pour nous, c'est une année assez catastrophique. A partir de là, la Coupe ne peut être qu'une bouffée d'oxygène. Notre chance, c'est que, d'ici cette rencontre, on aura quatre matches à jouer et la possibilité de se sauver. Si on y arrive, ça pourrait nous permettre d'être plus libérés sur le terrain».

Pour l'attaquant, il ne manque que six points à l'équipe dirigée par Ludovic Batelli, actuelle quinzième L2, pour assurer son maintien.En attendant cette confrontation, le joueur de 32 ans pose un regard lucide sur la situation de son adversaire. «Ce n'est que mon avis et peut-être que je me trompe, mais quand je regarde un de ses matches, j'ai le sentiment qu'il n'y a pas cet esprit de rébellion qui nous habitait quand j'y étais, constate-t-il. Avec Sorin, Heinze et Pochettino, on était des guerriers. Il leur manque sans doute ça.

Personnellement, je suis triste parce que le club ne mérite pas ça, même si, dans une saison, il n'y a pas de hasard. Sans dénigrer le travail des autres formations, un Championnat est toujours plus attractif quand le PSG, Lyon, Marseille et Bordeaux jouent les quatre premières places». Ce qui ne l'empêchera pas de mettre ses sentiments de côté lorsqu'il l'accueillera au Stade de la Licorne. «Parce qu'on a notre destin entre nos pieds pour faire quelque chose de grand».«La Ligue 1 reste un objectif»L'exercice bouclé, l'ancien Marseillais songera ensuite à son avenir. Sous contrat avec le club picard, jusqu'en juin 2009, il se dit prêt à poursuivre l'aventure, à condition que ses dirigeants respectent leur parole.

«Je suis venu ici pour différentes raisons : retrouver du plaisir et des sensations. Mais aussi nous aider à nous maintenir, puis jouer la montée la saison suivante. Si c'est le cas, le challenge m'intéresse, sinon... A mon âge, j'ai envie de vivre des choses fortes et ne pas jouer le maintien». Il ne cache pas d'ailleurs que certains clubs sont déjà venus au renseignement. «C'est sûr qu'aujourd'hui, il y en a qui reviennent à la charge. Mais le plus important, pour l'instant, ça reste Amiens. Mais c'est vrai que quand on a fait dix ans en Ligue 1, on aspire toujours à y retourner. Ça reste un objectif».


Ce Fiorèse, on ne le changera pas !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire