18 mai 2008

Liste des 30: Avec Gomis, mais sans Trezefuet, ni Rothen !

Raymond Domenech a publié, dimanche, une pré-sélection de trente joueurs en vue de l'Euro 2008 exempte de surprise majeure, ce qui ne veut pas dire qu'elle ne comporte pas quelques décisions spectaculaires.

La première convocation du Stéphanois Bafé Gomis à la place de David Trezeguet, absent, en est une. Elle officialise la rupture de confiance entre le deuxième meilleur buteur de la Serie A et le projet de jeu de l'équipe de France.

Elle sanctionne deux saisons d'échecs quasi récurrents, à chaque fois que le sélectionneur a tenté de réintégrer Trezeguet dans le onze de départ. Elle conforte aussi Raymond Domenech dans son rôle de sélectionneur aux choix durables mais toujours prêt à ouvrir le groupe aux talents naissants.

Après Ribéry lors de la Coupe du monde 2006, après L. Diarra, Nasri, Benzema ou Ben Arfa lancés dans le grand bain des qualifications, Gomis s'installe dans une concurrence offensive souvent affûtée chez les Bleus. Saha et Sinama-Pongolle en sont aussi les victimes aujourd'hui.

L'autre imprévu fut l'élargissement de ce groupe à trente joueurs, alors que la réunion du staff tricolore, mercredi dernier, avait convaincu Domenech et ses adjoints de partir sur vingt-neuf noms. Très clairement, c'est au poste de milieu défensif qu'il est senti un peu court. Il a préféré ne pas faire de choix entre Mathieu Flamini et Alou Diarra, qui semblent encore distancés par Vieira, Makelele, Toulalan et L. Diarra. A part ça, quelques arbitrages douloureux pour autant d'absents : Valbuena et Rothen au milieu, Clichy et Sagna en défense. S'ils éteignent des espoirs légitimes, ces choix n'appellent pas, cependant, d'autres commentaires qu'un renvoi à l'hyper-concurrence du haut niveau.

Malgré un manque de constance repérable ces dernières semaines, enfin, Steve Mandanda, Samir Nasri et Hatem Ben Arfa, trois jeunes espoirs de la Ligue 1, font toujours partie des plans du sélectionneur. Concernant le dernier, c'est même un assez remarquable, le jeune prodige n'étant plus titulaire depuis plus de deux mois à l'OL. La situation rappelle celle qui avait inspiré sa première sélection, en septembre dernier, alors qu'il demeurait réserviste dans l'esprit d'Alain Perrin. Elle souligne aussi que Ben Arfa a toujours apporté quelque chose à l'équipe de France, comme l'a attesté son entrée en Espagne, le 6 février dernier (0-1).

Pour le reste, rien de prévisible ne permettait d'imaginer que le sélectionneur renonce à des joueurs de son noyau dur. Ils sont tous là. L'équipe de France-type demeure : Coupet - Sagnol, Thuram, Gallas, Abidal - Makelele, Vieira - Ribéry, Malouda - Anelka, Henry. Leurs remplaçants sont Landreau (ou Frey ou Mandanda) - Clerc, Mexès ou Boumsong, Escudé ou Squillaci, Evra - L. Diarra, Toulalan - Govou, Nasri ou Ben Arfa - Benzema, D. Cissé. Seule une casacade de blessures lors des finales de la Ligue des champions (le 21 mai), puis des Coupes de France et d'Italie (le 24 mai) pourrait conduire le sélectionneur à nous surprendre désormais.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire